Une initiative de APWG et de Swiss Internet Security Alliance (SISA).

Méfiez-vous du cyberharcèlement

On parle d’insultes, de menaces, de dénonciations ou de harcèlement délibérés sur une longue période, en utilisant Internet ou la téléphonie mobile

Dans le détail, il s’agit de :

  • la diffusion de fausses informations et de fausses rumeurs
  • la diffusion et le téléchargement de photos et de vidéos embarrassantes, déformées ou osées
  • l’abus, le harcèlement, les menaces et le chantage par courrier électronique, sms, etc.

Le cyberharcèlement touche particulièrement les enfants et les jeunes. Les auteurs de ces actes proviennent généralement du cercle des connaissances de la victime.

Protection du cyberharcèlement :

  • soutenez votre enfant à acquérir plus de connaissances dans le domaine des médias digitaux
  • encouragez votre enfant à vous faire confiance
  • n’ayez pas peur de soulever la question du cyberharcèlement.

Si mon enfant risque d’être touché :

Discutez le thème
Parlez avec lui de ce thème
Obtenez des preuves
Essayez d’obtenir des preuves réelles de cyberharcèlement (captures d’écran, suivi de Chats, etc.)
Impliquez les professeurs
Parlez de son cas avec ses professeurs
Parlez-en avec les auteurs
Parlez-en avec les auteurs (s’ils sont connus) ainsi qu’à leurs parents ou personnes de référence adultes
Obtenez de l‘aide
Si ces incidents ne s'arrêtent pas, faites appel à une aide extérieure (service d’aide aux victimes ou centre de consultation pour les jeunes)

Victimes et auteurs


Phishing Icon

Le cyberharcèlement touche particulièrement les enfants et les jeunes et prend souvent sa source soit à l'école ou soit dans le monde connecté. Avec la prolifération des smartphones, de nombreux jeunes sont en ligne toute la journée.

Une grande partie de leurs interactions sociales se tournent vers Internet, des conflits se créent et ils prennent souvent des risques inconscients ou délibérés. Avant-même d’être harcelées, certaines victimes ont manipulé leurs mots de passe avec négligence et ne se sont pas suffisamment posé la question, avant d'afficher des photos ou des vidéos, quelles étaient les personnes susceptibles de voir et d'utiliser ces messages.

Les auteurs de ces actes proviennent généralement du cercle des connaissances de la victime et utilisent l'anonymat lié à Internet pour dissimuler leur identité.

Les auteurs sont insensibles à leur victime et ils renforcent leur position dans le groupe en dénonçant et en abusant des autres.

De plus amples informations et des conseils sont à disposition sur le site de la Prévention Suisse de la Criminalité :

https://www.skppsc.ch/fr/sujets/internet/cyberharcelement/